Cargando...
  • Maison de la Fortune
    Détail de peintures murales
  • Maison de la Fortune
    Route
  • Maison de la Fortune
    Mosaïque

Maison de la Fortune  Maison de la Fortune

La Casa de la Fortuna vous plongera dans l'ambiance des foyers de la Carthagène romaine du siècle I. Vous parcourrez les différentes pièces qui composaient l'habitation: la salle à manger dans laquelle la famille organisait les banquets, le tablinium, bureau dans lequel le maître recevait ses visiteurs, ou encore les chambres situées dans la partie privée de la maison. Les différents objets de décoration tels que les lustres, la vaisselle, etc., vous aideront à comprendre les us et coutumes de l'époque.

Vous pourrez également admirer la beauté des peintures murales et mosaïques aux motifs variés tels que le cygne, emblème de la maison, les svastikas, les fleurs ou les grenades.

Tarif plein: 2,5€

Tarif réduit: 2€
*Achat en ligne, mineurs de moins de 12 ans, étudiants de moins de 25 ans, Carte Jeune et Carte Jeune +, demandeurs d’emploi, retraités, handicapés, familles (2 adultes ou plus + 2 enfants de moins de 12 ans ou plus), carte famille nombreuse et groupes à partir de 20 personnes.

Entrée gratuite:

  • Les moins de 3 ans.
  • Les Guides touristiques officiels.
  • Les membres de Club Cartagena Puerto de Culturas (en-dehors des activités).
*Pour bénéficier du tarif réduit ou gratuit, les visiteurs doivent présenter un justificatif valide et à jour.

  ACHAT EN LIGNE

Durée estimée: 30 minutes

Horaires des visites guidées:

  • Haute saison
          11:00, 13:00 et 16:00
 
  • Moyenne saison
          12:00 et 13:00
 
  • Basse saison
          12:00 et 13:00

*Les horaires des visites guidées peuvent être modifiés. Merci de vérifier à votre arrivée.

  Conditions des Visites Guidées (PDF - 423,25 KB)

"TRES BODAS Y UN GENERAL". Visita teatralizada

Julio César se casó tres veces y tuvo numerosos romances, incluido el famoso romance con Cleopatra. A través de su amante de Carthago Nova, Servilia, retrocederemos en el tiempo para conocer las casa romanas, sus costumbres y modas, y nos desvelará como el Augusteum fue un poderoso instrumento político.

Plus d'informations

 
"ROMANOS POR EL MUNDO: DESTINO CARTHAGO NOVA". Ruta teatralizada

Una ruta teatralizada llena de guiños y cápsulas de humor donde diferentes personajes nos contarán su vida cotidiana en Carthago Nova a la vez que recorreremos los yacimientos más importantes.

Plus d'informations

 

Construye la ciudad romana

A través de una maqueta, que construirán los alumnos, éstos se sumergirán de lleno en la antigua Carthago Nova conociendo sus edificios más importantes.

Plus d'informations

 

Accessibilité

L’une des priorités de Cartagena Puerto de Culturas est de rendre le tourisme accessible à tous. Nous mettons tout en œuvre pour garantir l’accès au plus grand nombre. Actuellement, la Maison de la Fortune offre aux visiteurs ayant des besoins spécifiques les aménagements suivants:

  • Plateforme monte-escalier.
  • De toilette adaptée.
  • Vidéo avec sous-titres (espagnol et anglais) pour les personnes malentendantes.
  • Un tarif réduit pour les personnes handicapées sur présentation d’un justificatif officiel.
  • Un accès pour les chiens guides sur présentation du justificatif correspondant. 
Audioguides

Profitez au mieux de votre visite avec l’audioguide qui vous sera fourni a la Maison de la Fortune. Cette nouvelle technologie vous permettra de visiter à votre rythme, librement et en toute autonomie. L’audioguide est disponible en 3 langues: espagnol, anglais et russe. Il coûte 2,50€.

Contexte historique

L’attribution du statut de colonie (54 av.J.C.) marqua le début d’un intense processus de rénovation urbaine qui aurait culminé sous le règne de l’empereur Ausguste. Pendant cette époque faste (s.I av.J.C. – S. II ap. J.C.), la ville de Carthago Nova s’étendait alors sur toute l’ancienne péninsule, avec le déploiement d’un réseau de routes et de toute une infrastructure urbaine. Ainsi, de nombreux bâtiments publics furent érigés dans la partie ouest: forum, temple et des lieux de spectacle tels que le théâtre. Les habitations des familles puissantes furent construites dans la partie est qui devint le quartier résidentiel. 

À quelques détails près, les maisons privées sont globalement construites sur le même modèle qu’en Italie: insulae, domus et villae. Le type d’habitation reflétait le niveau de richesse de ses habitants. Les insulae, des ensembles de plusieurs habitations de différentes tailles, généralement loués par ses habitants, étaient occupées par les classes défavorisées. Les familles plus riches habitaient les domus, des résidences urbaines privées composées d’un ou deux étages, les villae ou des maisons de campagne situées en dehors de la ville et associées à des exploitations halieutiques ou minières. 

Maison de la Fortune

La Maison de la Fortune fût construite à la fin du Ier siècle av.J.C., lors de l’essor urbain de l’époque augustéenne. Elle fût transformée durant le siècle suivant, avec notamment des modifications dans sa structure et dans la décoration, puis laissée à l’abandon lors de la crise traversée par la ville au IIième siècle. 

Cette habitation de 200 m2 se trouvait dans une zone résidentielle située au centre de la ville. Il s’agissait d’une domus appartenant à une famille fortunée, probablement des commerçants ou de riches affranchis. La maison était composée de deux entrées: une entrée principale ou iaunus, et une entrée secondaire appelée posticum. Elle était organisée autour d’un atrium fermé qui servait à la fois de lieu de réception et de hall d’entrée. La pièce était ornée de peintures et de mosaïques faites de losanges et de svastikas. Le même genre de décorations a été retrouvé dans d’autres pièces: dans le triclinium, ou salle à manger, et le tablinium, bureau dans lequel le maître recevait ses visiteurs, les murs étaient ornés de guirlandes et de plumes entourant des portraits. Les riches ornements de cette pièce ont pu être récupérés. Ils sont composés de panneaux rouges et noirs sur lesquels sont peints des chandeliers avec des petits oiseaux, des cygnes et des personnages masculins nus, probablement des satyres. Ces éléments symboliques, directement liés au statut social du propriétaire, comportaient des de références aux divinités ou de simples motifs de décoration. Le tablinum donnait sur une petite pièce, probablement le lararium, qui abritaient de petits autels destinés au culte domestique. Les chambres étaient assez petites et moins décorées car elles appartenaient à l’espace privé. La maison était parfois équipée d’un hortus ou petit jardin, situé à l’arrière. Dans cette même zone, une porte de service donnait sur un couloir où l’on a retrouvé l’inscription qui a donné le nom à ce site: "Fortuna Propitia" un message pour souhaiter bonne fortune. Cette formule de bienvenue était placée de manière à être vue par les personnes qui passaient par la porte arrière de la maison. La salle située sur l’un des côtés du couloir était probablement une pièce de service (cuisine, latrines ou cellier), mais son mauvais état de conservation n’a pas permis de définir sa fonction précise. Deux autres espaces étaient situés aux abords de l’habitation: une taberna, ou boutique, et une autre pièce de service indépendante, peut-être une cuisine, qui disposait de son propre accès. 

La domus était délimitée par deux cardo, les rues nord-sud par lesquelles on accédait à la maison. Ces chemins d’accès n’étaient pas en très bon état et peu de matériaux ont été utilisés pour leur construction. Deux théories permettent d’expliquer cela: la première concerne la loi Lex Iulia Municipalis qui voulait que les propriétaires paient la construction de la rue. Les matériaux ont peut-être aussi été réutilisés pour la construction d’autres bâtiments. Cela pourrait également être dû au déclin social et économique de la ville à la fin du IIième siècle ap.J.C., lorsque la zone est devenue une carrière. Les restes d’un système d’égouts sont encore visibles dans la rue qui donne sur l’entrée principale, avec des morceaux d’amphore réutilisés comme conduites d’eau.  

L’exposition des objets retrouvés lors des fouilles (vaisselle, pièces de monnaie, objets décoratifs, lustres, pesons) vous aidera à vous faire une idée de la vie et de la culture à cette époque. 

Mise en valeur

Les fouilles de la Domus de la Maison de la Fortune se sont déroulées en deux étapes. La première eût lieu en 1971 lors de la découverte de la chaussée romaine et des ruines de deux habitations romaines. Les fouilles de l’habitation secondaire eurent lieu dans les années 90. Ces travaux ont permis de mettre au jour la totalité de l’étage, les mosaïques et les peintures ainsi qu’un autre tronçon de la rue. La première phase de fouilles fut supervisée par Pedro San Martín et la seconde par Miguel Martín, Diego Ortiz et Mariona Portí.

Les restes découverts en 1971 et en 2000 furent rassemblés et transformés en musée en 2004 par l’association Cartagena Puerto de Culturas. L’exposition fait le lien entre les deux sites archéologiques en y établissant une continuité et tente de reproduire les volumes d’époque en minimisant la présence des constructions contemporaines. Cet aménagement a été réalisé par les architectes Nicolás Maruri, Atxu Amann et Andrés Cánovas.

Le parcours du musée:

  • Les voies romaines. Un exemple qui vous montrera ce à quoi ressemblaient les rues des villes romaines. Un système d’égouts et l’amphore servant à conduire l’eau sont encore visibles dans la partie la mieux conservée.
  • La maison. Un parcours parmi les différentes pièces qui composaient la domus
  • Les vitrines. Une exposition des objets les plus représentatifs retrouvés lors des fouilles, notamment la vaisselle de la maison, des lustres, des objets décoratifs, des pesons en terre cuite, ou encore un hermès, une sculpture qui servait à décorer la table. 

Bibliographie
 
  • Soler Huertas, B. (2000). “Arquitectura doméstica en Carthago Nova. La domus de la Fortuna y su conjunto arqueológico”. AnMurcia 16, págs. 53-85.
  • Fernández Díaz, A. (2008). La pintura mural romana de Carthago Nova. Tesis doctoral.
  • Fernández Díaz, A. y Quevedo Sánchez, A. (2007-2008). “La configuración de la arquitectura doméstica en Carthago Nova desde época tardo-republicana hasta los inicios del bajoimperio”. AnMurcia 23-24, págs. 273-309.
  • VV.AA. (2009). La casa romana en Carthago Nova. Arquitectura privada y programas decorativos. Editorial Tabularium.
  • VV.AA. (2012). Cartagena Puerto de Culturas. Convirtiendo el pasado en futuro.
  • Quevedo Sánchez, A. (2013). “La domus de la Fortuna”. Contextos cerámicos y transformaciones urbanas en Carthago Nova: de Marco Aurelio a Diocleciano, págs. 252-282. Tesis doctoral.



Nous vous demandons la permission d'obtenir des données statistiques sur cette navigation sur le Web, en vertu de décret-loi royal 13/2012.
Si vous continuez à parcourir , nous considérons d'accepter l'utilisation de cookies. OK | + Info